Aleurode, la terreur des potagers

Communément appelés sous le terme « Mouche blanche », les aleurodes sont des petits insectes qui s’attaquent à de nombreux végétaux du jardin et du potager. Craints par les jardiniers, ces petits ravageurs sont facilement reconnaissables par leur couleur blanche. Des solutions existent pour lutter. Explications.

Qu'est-ce l'aleurode ?

L’aleurode (Aleyrodoidea) est un petit insecte appartenant à l’ordre des hémiptères. Il est aussi connu sous le nom de mouche blanche qui caractérise son apparence physique. Mesurant à peine 3 mm, ces parasites du jardin sont reconnaissables à leurs ailes blanches. Il donc relativement facile de les identifier.

A noter qu’il existe plusieurs espèces de mouche blanche dont :

  • aleurode du tabac
  • aleurode des serres
  • aleurode de l’olivier
  • aleurode des citrus
  • aleurode spiralant
mouche blanche sur feuille
Mouche blanche sur une feuille

Quels dégâts fait l'aleurode dans le potager ?

L’aleurode a mauvaise réputation. Et pour cause, elle est responsable de nombreux dégâts dans les potagers, les champs et les serres.

A quelles plantes potagères s'attaque-t-elle ?

La mouche blanche a la particularité de s’attaquer à de nombreuses espèces végétales. Il est donc fréquent de la retrouver sur les tomates, aubergines, pommes de terre, choux, courges, courgettes, haricots. A noter que l’aleurode est également un fléau pour certaines plantes ornementales ainsi qu’au verger, en s’attaquant aux arbres fruitiers et agrumes.

Des dégâts sur les feuilles

Les aleurodes se nourrissent habituellement des faces intérieures des feuilles. Ces parasites sont des suceurs de sève qui utilisent leurs pièces buccales pour aspirer la sève des feuilles et produire un liquide collant, que l’on connait sous le nom de miellat. En se nourrissant plusieurs jours, les aleurodes affaibliront considérablement la plante qui verra ses feuilles flétrir, pâlir et éventuellement tomber.

Des risques de transmissions de maladies​

Les aleurodes sont aussi vecteurs de nombreuses maladies (plus d’une centaine !), qui en font des ravageurs redoutés dans les jardins. C’est en piquant les feuilles pour se nourrir que la mouche blanche peut transmettre des maladies virales aux plantes. Le miellat produit est aussi susceptible de causer différentes maladies fongiques. C’est pourquoi il est conseillé d’agir assez rapidement lorsque les aleurodes ont été identifiés.

Quels sont les moyens de lutte contre la mouche blanche ?

Maintenant que nous connaissons un peu mieux l’aleurode et que l’on est parvenu à la reconnaître, la question est de savoir comment lutter. Pour se faire, plusieurs méthodes existent pour anticiper leur venue ou s’en débarrasser.

La lutte biologique est sans doute le meilleur outil pour contrôler l’aleurode et ainsi protéger vos cultures.  L’utilisation d’insecticides chimiques est déconseillée car cela a pour conséquence d’éliminer également les prédateurs de la mouche blanche.

Pour lutter naturellement, il est possible de recourir aux ennemis naturels de l’aleurode adulte, tels que la coccinelle Clitostethus arcuatus ou à l’insecte Encarsia formosa. Ce dernier est un parasitoïde qui va pondre ses œufs et les déposer dans les nymphes de la mouche blanche. C’est donc un moyen efficace pour limiter la population d’aleurode.

L’utilisation de pièges chromatiques, tels que les plaques engluées jaunes sont aussi un recours régulièrement employé pour combattre l’aleurode. Attirés par la couleur jaune, les insectes seront attirés et resteront prisonniers aux plaques engluées.

La pulvérisation d’une préparation à base d’eau et de savon noir est aussi une astuce connue pour éliminer et empêcher l’installation des mouches blanches sur les feuilles.

Crédit photos : Oregon State University – Photo 1Photo 2
Retour haut de page